Nacs

Quelle quantité de lumière pour une plante dans un terrarium ?

Dans un terrarium, certains facteurs influencent directement les besoins en lumière des végétaux, tels que le type de plante, sa phase de croissance ou encore les niveaux de température et d’humidité de cet environnement. Dans cet article, nous aborderons ces variables essentielles pour optimiser l’éclairage de vos plantes.

Les besoins en lumière selon le type de plante

Pour sélectionner la source d’éclairage adéquate et la bonne intensité lumineuse pour votre terrarium, vous devez évaluer les besoins spécifiques de vos plantes et prendre en compte leurs préférences en termes de conditions lumineuses. Voici quelques conseils pour vous aider :

  • Plantes tropicales : en général, elles préfèrent un éclairage indirect et tolèrent des niveaux faibles à moyens de rayonnement. Elles sont donc bien adaptées à la vie sous la canopée du terrarium. N’hésitez pas à ajouter des plantes comme le ficus, l’anthurium ou le philodendron.
  • Plantes désertiques : habituées aux conditions arides et très ensoleillées, elles requièrent un éclairage plus intense. Des espèces comme les cactus, les agaves et les aloès sont idéales pour ce type d’environnement. Prévoyez un rayonnement à forte intensité UVB pour leur croissance optimale.
  • Plantes épiphytes : notamment présentes dans les milieux humides et ombragés, ces plantes se développent principalement sur les branches et troncs d’autres végétaux et s’adaptent bien aux espaces sombres du terrarium. Des exemples d’épiphytes incluent les broméliacées, les mousses et certains types de fougères.

N’oubliez pas d’adapter la distance entre la source lumineuse et les plantes : un éloignement trop important peut réduire l’intensité des rayons, tandis qu’une proximité excessive risque de brûler les feuilles. Trouvez le juste milieu pour offrir aux végétaux une exposition optimale sans subir d’effets néfastes.

Les phases de croissance des plantes et leurs besoins en lumière

Les besoins en lumière des plantes varient également en fonction de leur phase de développement :

  • Croissance végétative : durant cette période, la plante développe principalement sa masse foliaire. Elle requiert donc une quantité importante de lumière, avec une durée d’exposition quotidienne plus longue (entre 12 et 16 heures).
  • Floraison : pour permettre à la plante de produire des fleurs, diminuez progressivement la durée de l’éclairage journalier jusqu’à atteindre une plage comprise entre 8 et 12 heures.
  • Fruitaison : cette étape clôture le cycle de vie de la plante, qui n’a plus besoin de photosynthèse intense. On restaure donc une durée d’éclairage réduite, de 8 à 10 heures environ.

Adéquation entre la température et l’éclairage

Vous devez tenir compte des variations de température du terrarium pour adapter au mieux le niveau d’éclairage des plantes. En effet, une forte chaleur peut causer leur déshydratation et entraîner un ralentissement de leur développement.

  1. Le rapport entre lumière et chaleur : Pensez à mesurer régulièrement la température du terrarium afin de vérifier que la source de lumière ne provoque pas une augmentation excessive de la chaleur ambiante. Certaines lampes peuvent en effet générer davantage de chaleur qu’une autre (par exemple, les lampes infrarouges).
  2. Variations diurnes et nocturnes : Prévoyez un cycle jour/nuit adapté aux besoins spécifiques de vos plantes afin de favoriser leur adaptation naturelle au sein du terrarium.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *